• La lettre aux ministres dans son intégralité

  • Fédération de la Métallurgie CGT                         Montreuil, le ……………..2013
  • Syndicat CGT THALES
  • Fédération de la Santé et de l’Action Sociale CGT
  • Fédération de la Recherche SNTRS CGT
  • Mme la Ministre de la Santé
  • Mme la Ministre de la Recherche
  • M. le Ministre du Redressement Productif

 

Mesdames, Monsieur,

 

En juillet 2012, la Coordination CGT Thales a rencontré le cabinet du Ministère du Redressement Productif, pour faire part de son inquiétude sur les risques de destruction d’une activité industrielle unique en France suite à la décision de vendre la branche radiologie médicale de Thales.

Cette action a contribué à empêcher un nouveau gâchis puisqu’il faut rappeler que la vente en 1988 de la Compagnie Générale de Radiologie par Thomson-CSF à General Electric a permis à cette dernière de prendre pied en Europe, de devenir leader mondial et a, dans le même temps, profondément affaibli l’activité industrielle d’imagerie médicale française.

Pourtant, aujourd’hui, les détecteurs Thales constituent une large part des sous-systèmes intégrés aux équipements de radiologie vendus dans le monde. Un examen sur deux utilise un détecteur Thales.

C’est pourquoi, la CGT porte un nouveau projet de développement d’une industrie d’imagerie médicale, particulièrement stratégique car en mesure de répondre aux besoins de santé actuels et à venir des populations.

A l’heure où tous les grands acteurs de la filière électronique mondiaux : Sony, Samsung, General Electric, Philips, Siemens, s’engagent activement et investissent des fonds importants sur le marché du médical, dont la croissance est estimée entre 5% et 10% par an, le déploiement des activités médicales en France, avec Thales comme acteur industriel majeur, représenterait un élément fort de compétitivité tout en permettant une meilleure maîtrise des dépenses de santé en France.

Cela contribuerait de plus, pour l’entreprise, à la compensation de la baisse des budgets de défense en redonnant une vitalité à d’autres secteurs.

Pour la CGT, la mise en place d’une filière cohérente, maîtrisée par les pouvoirs publics, et incluant recherche publique, recherche privée, monde hospitalier et industrie, conduirait à utiliser de l’argent public pour créer non seulement des outils performants au service de la santé, mais aussi, de l’emploi alimentant les cotisations sociales et créant ainsi un cercle vertueux.

Des problématiques liées au développement de la télémédecine et à la sécurisation des données se posent déjà. L’utilisation croissante des images numériques, le développement des besoins en imagerie 3D, la nécessité de réduire les doses irradiantes tout en améliorant la qualité des images, exigent la maîtrise des techniques de traitement et d’analyse automatique et rapide des images.

Au-delà des systèmes de détection, de nouvelles technologies émergent pour la réalisation d’équipements d’analyse complets, compacts et portables, pour répondre à la demande de proximité. Rappelons par exemple, l’importance de la neuroradiologie pour le traitement urgent des AVC. La France se situe au 28ème rang en matière de système de communication et d’archivage des images. Par ailleurs l’équipement de la France en outils modernes de diagnostic, notamment IRM et TEP, accuse un retard certain par rapport à d’autres pays européens.

 

La position actuelle de Thales comme leader dans le domaine des détecteurs est le fruit d’un important effort de R&D poursuivi dans la durée avec le tissu scientifique de la région Grenobloise en particulier. Cet effort ne doit pas s’affaiblir, au contraire, les innovations attendues pour la radiothérapie et les autres types d’imageries médicales demandent plus de coopération avec les établissements de recherche, qu’ils soient CNRS, INSERM ou CEA. Enfin, la restauration d’une filière française d’imagerie médicale structurante permettrait d’assurer un réel développement pérenne aux quelques PME innovantes présentes sur ce marché (par exemple, Mauno Kea ou 3D EOS Imaging).

Les fédérations CGT de la Métallurgie, de la Santé et de l’Action Sociale, ainsi que le Syndicat National des Travailleurs de la Recherche Scientifique ont entamé une réflexion commune pour porter ce projet ambitieux.

Bien entendu, la CGT ne peut seule proposer des solutions qui doivent s’appuyer sur les études prospectives réalisées au niveau national et qui nécessitent une attitude volontariste des décideurs publics.

Pour la CGT, avec ses différentes fédérations et syndicats impliqués, cette filière représente :

  • un potentiel de création d’emplois nouveaux important,
  • une occasion pour les professionnels de la santé de disposer d’outils de travail mieux adapté à leurs besoins,
  • une possibilité de répondre à des besoins sociaux fondamentaux,
  • un facteur d’économie et d’amélioration des dépenses de santé.

Notre demande d’entrevue avec des représentants des ministères du Redressement Productif, de la Santé et de la Recherche a pour objet de demander l’organisation d’une table ronde nationale avec l’ensemble des acteurs pour définir un projet de mise en place d’une filière industrielle et technique de l’imagerie médicale.

Veuillez agréer, Mesdames, Monsieur, l’expression de nos sincères salutations.

 

 

Fédération CGT

de la Métallurgie

Fédération CGT

de la Santé et de l’Action Sociale

SNTRS CGT

Laisser un commentaire

Votre adresse email reste confidentielle. Merci d’entrer votre nom, email et votre commentaire.