Quel que soit le milieu ou le type d’armée considérée (air/terre/mer) le militaire au combat est confronté à des situations handicapantes :

  • Le pilote de chasse est « paralysé » par les variations de pression lié aux G[1], et risque à tout moment de s’évanouir,
  • le chef de char enfermé dans son engin blindé est « aveugle et sourd »,
  • le fantassin de base malgré son barda de 35 kg, son fusil de précision de 8 kg, … est contraint de devoir se mouvoir prestement et d’agir,
  • le chef de section est débordé pour un volume énorme d’informations, hétérogènes, avec des ordres parfois contradictoires ou peu explicites, dans un environnement souvent très bruyant, et doit malgré tout remplir sa (ou ses) mission tant en préservant la vie de ses hommes …

Bref, dans la situation militaire réelle, nous sommes très loin du slogan « du combattant augmenté » !

Armer les militaires est une chose, permettre leur réelle efficacité au combat en est une autre.

Cette gageure a conduit l’industrie militaire à mobiliser beaucoup d’ingéniosité. Ce travail a permis (et permet) de détenir un portefeuille technologique considérable d’un apport insoupçonné dans le domaine de la santé en général et dans celui du handicap en particulier.

Pourquoi 1990 ? Les années 1989/1993 se traduisent par un revirement considérable lié principalement à la disparition du Pacte de Varsovie (1991) et aux coûts économiques insupportables engendrés par la course aux armements. Suite aux accords de désarmement, à la diminution générale des budgets militaires et à la forte baisse des exportations (- 35% en 1990, – 25% en 1991 …), on assiste à une multiplication des licenciements dans l’industries d’armements (le rapport du Commissariat général du Plan – 1993- prévoyait 42 000 suppressions dans le cas de « scénario favorable »). Claude Serfati – Laurent Carroué – Rapport Dollé 1994 –
https://imageriedavenir.fr/wp-content/uploads/2021/10/Grp_Th_Rapport_Etude_Mars-1994.pdf

La CGT de Thomson CSF (devenu Thales) agit depuis les années 90 pour la diffusion du portefeuille technologique du groupe pour développer la filière industrie de santé. Cette quête nous a conduit d’abord (nous sommes en 1991) à la réalisation d’un concours pour la diversification militaire/civil[2]. Celui-ci a permis d’identifier un grand nombre d’idées et de projets dans un grands nombres de domaines lié au handicap :

– réalisation d’une dent électronique pour mal entendant,

– dictionnaire électronique en LSF (Langue des Signes Française),

– dispositif autonome d’aide à la circulation,

– livre portable pour aveugles,

– canne blanche sans contact,

– appel de détresse et localisation,

– carte à puce santé,

– …

Cette période a été riche en enseignements. Nous avons pu mesurer par exemple l’importance de l’implication des associations d’handicapés dans l’élaboration et la validation des produits. Le projet de la canne blanche sans contact en est une bonne illustration. Techniquement les ingénieurs étaient en capacité de la développer, mais, pour les associations des non-voyants, cette belle invention était une fausse « bonne idée ». Elle enlevait la maitrise d’un sens primordial. On a eu ici la preuve de l’intérêt d’avoir impliquer les associations dans la prise de décision. Cette situation s’est répétée permettant ainsi de remettre « l’ouvrage sur le métier » (non sans frustration et tension pour apaiser les égos).

Nous avons pu également vérifier la grande créativité du personnel dont l’organisation du concours leurs avaient ouvert la porte d’une liberté : celle de pouvoir pousser sans limite leur créativité.

Elle nous enseigne aussi que sans la vigilance et le soutien du personnel et des citoyens, ces belles aventures ont une vie éphémère. 

Structures mises en place : Suite aux conflits sociaux liés à l’annonce de licenciement, et l’exigence de plus de civile, la Direction Générale met en place (1990) une Task Force – Domaines Nouveaux. Un appel à idée est lancé, mais circonscrit, au Collège Scientifique et Technique et aux responsables d’unités. En quelques mois, 400 idées de diversifications sont rassemblées. En 1992, la Task Force devient Direction des Domaines Nouveaux. Elle est chargée de prendre le relais et aider à la réalisation des projets dans les établissements du groupe. Un réseau de correspondants Domaines Nouveaux est mis en place sur une grande partie des unités du groupe. En parallèle une négociation entre Thomson CSF et l’AGEFIPH* conduit à la mise en place de Cap-Handi. Son but était de développer des produits ou des systèmes destinés à faciliter l’insertion des personnes handicapées dans le monde du travail.
https://imageriedavenir.fr/wp-content/uploads/2021/10/Programme-Cap-Handi-.pdf 
* Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées

Les structures mises en place ont été progressivement abandonnées par les directions successives de Thales. L’action de la CGT Thales est entrée en « hibernation » faute de bras et de motivation.

La tentative de la vente de l’activité autour de la radiologie Thales/Trixell, dernière société du médical dans Thales, en 2012, a réanimé la flamme. Le COVID fin 2019 l’a décuplée, montrant en passant la situation de l’industrie de santé française dans toute sa maigreur.

Ces deux évènements ont fortement participé à réactiver l’action de la CGT Thales.

Le temps n’a pas amoindri les potentialités de diversification, bien au contraire.

L’électronique et l’informatique sont devenu le socle de toute avancée dans le domaine de la santé et du handicap, ne serait-il pas opportun de réactiver – en l’améliorant – des dispositifs du type Cap-HANDI qui avait permis d’amorcer une refondation du lien entre le système sanitaire et l’industrie française ?


[1] Les facteurs de charge (G), agissent sur la circulation du sang dans le corps, le pilote peut perdre momentanément la vue, voire perdre connaissance. Les gestes sont douloureux, tous les équipements pilotage, tir, … sont une épreuve fastidieuse et à haut risque pour le pilote.

[2] Suite aux mouvements sociaux dont une manifestation devant Matignon à l’appel de la CGT, la Direction Générale annonce la création d’un nouveau domaine d’activité nommé : Domaines Nouveaux. Cette dernière lance un appel à idées limité au Collège Scientifique et Technique et aux Directions d’Unités du groupe. Une « Task Force Domaines Nouveaux » est mise en place. La CGT, qui souhaitait un concours à idées ouvert à tout le personnel, soutient néanmoins l’initiative. Rapport Dollé – p 25 https://imageriedavenir.fr/wp-content/uploads/2021/10/Grp_Th_Rapport_Etude_Mars-1994.pdf

Commentaires fermés.