Développement : De la coupe aux lèvres

Mettre en oeuvre les propositions de la direction et les élargir

 

L’annonce que « Thales va monter dans l’échelle des valeurs pour les produits Trixell » est une très bonne nouvelle. Nous venons de franchir un grand pas, mais ce changement de cap nous fixe de nouveaux défis.  Sur quoi et comment Thales va-t-il se déployer ? Quelles sont les perspectives d’emplois et leur localisation ? Quels objectifs allons-nous assigner aux technologies ?  Une réponse adaptée aux besoins des citoyens ou au contraire un pas de plus dans la marchandisation de la santé, ce qui est le plus rentable à court terme ?

Hervé Multon, directeur de la stratégie a donné le ton : cela va être regardé d’un point de vue international. Les Etats-Unis, le Japon et Israël sont des acteurs potentiels parmi les pays avancés. Mais la CGT, qui n’est pas hostile aux coopérations, revendique que les activités – et notamment la R&D – se déploient également en France. La filière médicale ouvre des opportunités à toutes les unités du groupe. Elle représente une source de diversification à un moment où nous en avons tout particulièrement besoin.

La décision de se positionner sur les générateurs RX pour le médical fournirait à MIS (Microwave & Imaging sub-Systems) l’opportunité de devenir un acteur complet de la radiologie en proposant des sous-systèmes incluant émission-détection, soft de correction image, interface homme machine. Cette orientation était jusqu’à présent fermement rejetée par la direction de TED qui limitait l’activité radiologie de Thales à la seule détection.  L’autre débouché possible concerne la mammographie avec la reconstruction 3D des images. Rappelons que l’évolution des besoins en radiologie impose en parallèle de faibles doses d’irradiation, une grande vitesse d’acquisition et une haute résolution.  La direction confirme que les savoirs existent ainsi que le marché. La relation avec les partenaires Philips/Siemens a été sécurisée, nous dit-on, de nouveaux marchés peuvent alors s’ouvrir pour Thales. D’autres activités ont été évoquées telles que l’imagerie ultrasonique et l’infrarouge…

Nous veillerons en cette rentrée, à l’occasion de la présentation du SBP de MIS et de la Commission Centrale Anticipation (CCA), à approfondir les objectifs visés.

De nouveaux débouchés

En dehors des activités historiquement tournées vers l’imagerie, la CGT avait fortement insisté sur la place que pourraient prendre les métiers de Thales orientés traitement du signal, traitement d’images, sécurité des données, ingénierie des systèmes, simulation… dans le secteur de la santé. Dans ce domaine, la première application prévue sera la gestion de la base globale des ordonnances maladie en France, dont le principal objectif sera de montrer à la Sécurité Sociale comment réaliser des économies tout en améliorant le système actuel. Des projets pilotes, autofinancés, vont ainsi être lancés. La CGT Thales s’interroge cependant sur ce choix, s’il conduit à privilégier une application à usage plutôt « policier », par exemple  pour rechercher des patients « tricheurs » ou s’il devait déboucher sur une réduction des soins.  Nous pensions plutôt à l’archivage et au partage sécurisé des images, voire à la gestion et l’interopérabilité des dossiers numériques des patients et même à la gestion des données pour les études épidémiologiques !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email reste confidentielle. Merci d’entrer votre nom, email et votre commentaire.