Quels financements pour quels développements ?

La reconquête d’une industrie de l’imagerie médicale française exige des financements conséquents – publics comme privés – à toutes les étapes de la filière. La CGT demande donc à la direction du groupe qu’elle consacre à son imagerie médicale les moyens nécessaires. Pour y inciter, le gouvernement pourrait assortir le crédit d’impôt qu’il va consentir aux entreprises d’une obligation d’investissement dans la production de technologies innovantes sur le territoire français.

Plus globalement, une étude réalisée par le Pôle de prospective et d’anticipation des mutations économiques (Pipame) publiée en 2011 pointe, entre autres, un impératif au développement de l’industrie des dispositifs médicaux : « Pouvoir se développer sur un marché national solvable et utilisateur de dispositifs médicaux commercialisés par des entreprises nationales. Les établissements de santé doivent posséder les ressources financières et une visibilité suffisante sur les entreprises françaises pour se positionner en primo-adopteurs (de systèmes innovants NDLR) afin de faciliter l’adoption et la diffusion de l’offre sur le territoire national ».

Le financement du système de santé français et les moyens dont disposent les établissements de santé relèvent pour l’essentiel de la Sécurité sociale. La loi HPST (hôpital, patient, santé, territoire) établit un financement des établissements de soin « à l’acte » médical, la nature des actes étant l’objet d’une tarification fixée par la Sécurité sociale. Les professionnels déplorent une sous-tarification des actes faisant appel à l’imagerie médicale. La CGT, qui a d’emblée combattu la loi HPST, entend également peser sur cette dimension de la problématique, dans le double objectif de répondre au mieux aux besoins thérapeutiques des citoyens et d’assurer le développement d’une industrie de l’imagerie médicale de haut niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse email reste confidentielle. Merci d’entrer votre nom, email et votre commentaire.