L’illusion de la sécurité des données

La France est riche de ses données de santé (elle possède le système le plus étendu et le plus complet au monde), mais notre système de santé (encore unique) ne doit pas être pillé et les citoyens français doivent se protéger des prédateurs marchands.

Des systèmes informatiques hébergeant les dossiers médicaux d’hôpitaux privés en France ont déjà été rançonnés par des hackers, et il faut prendre la mesure des risques encourus par les patients si on ne garantit pas le niveau maximum de sécurité s’agissant de nos données personnelles les plus sensibles qui soient : nos données de Santé !



Pour cela, il faut une véritable approche globale, sans failles (or, elles sont pléthores dans notre société connectée et ouverte sur les réseaux) : partir d’abord de composants sécurisés et maîtrisés, que ce soit les capteurs médicaux, ou les éléments de calcul et de transmission de l’information, indépendants des USA et de l’Asie (Intel-USA, Samsung-Corée, TSMC-Taiwan, … l’européen ST Micro n’arrive qu’en 12e place, et se recentre uniquement sur l’Internet des Objets), travailler ces données en les anonymisant (il y a des algorithmes puissants qui garantissent cela) et tenir à distance les GAFAMI (américains) et les BATIX (chinois) de nos données de Santé.

Se contenter d’appliquer des procédures de cyber-protection en bout de chaine serait illusoire, car les failles sont présentes dès le composant dans la mesure où celui-ci ne serait pas maitrisé (mouchards, porte-dérobées, fonctionnalités détournées …).

Seule une filière complète des dispositifs médicaux (incluant les outils d’imagerie, d’analyses, de traitement d’information, et d’affiche – restitution de diagnostics) garantira le bon niveau de sécurisation de nos données personnelles de Santé. Mais il y a urgence à relancer cette filière, car le nombre d’acteurs européens réellement indépendants, sur ce sujet, continue à se réduire !

Laisser un commentaire

Votre adresse email reste confidentielle. Merci d’entrer votre nom, email et votre commentaire.