Etre soigné par des robots ou des médecins et chirurgiens assistés par des robots ?

Deux approches diamétralement opposées conduisant à la question du maintien ou non,  du médecin, du chirurgien dans la boucle de contrôle.

  •  – Une approche bâtie sur l’idée d’une automatisation totale, l’Homme étant perçu comme le maillon faible, qu’il faut sortir de la boucle. Approche qui a ses adeptes dans Thales tel Christian Doherty pour qui « le problème, avec les humains, c’est …qu’ils sont humains[1] ».
  •   – Une autre approche consiste à penser la technique comme un apport à l’action humaine, tel Michel L’Hour[2] pour qui le robot humanoïde Ocean One « ne remplace pas l’homme, il est piloté par un humain qui ressent dans sa main les objets, les gens parlent d’intelligence artificielle, il n’en a pas, c’est un avatar d’être humain » … « Pour être pilote de robot, il faut apprendre le métier traditionnel. [3]».

La tendance anglo-saxonne balance fortement pour la première approche.  Ce n’est pas ce que nous souhaitons.

[1] Thales Innovations n°5- Avril 2016

[2] Archéologue, directeur du Département des Recherches Archéologiques et Subaquatiques et Sous Marines.

[3] France Inter – Futur antérieur, émission du 13 novembre 2016. https://www.franceinter.fr/emissions/demain-la-veille/demain-la-veille-13-novembre-2016

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email reste confidentielle. Merci d’entrer votre nom, email et votre commentaire.