Edito 

Il y a un an, nous intervenions au salon de la radiologie, pour annoncer notre volonté de ne pas laisser dépérir la branche médicale du groupe Thales. 

Nous avions montré comment l’action déterminée des salariés avait empêché Thales de vendre son secteur d’imagerie médicale en 2012. Un gâchis scientifique et industriel a ainsi été évité.

La CGT de Thales avait alors décidé d’impulser une réflexion plus large sur la restauration d’une filière française d’imagerie médicale structurante.

Car cette bataille n’est pas l’affaire des seuls salariés du secteur médical de Thales !


C’est grâce à la poursuite d’un effort de R&D, prolongé dans la durée, avec le tissu scientifique de la région grenobloise en particulier que Thales est leader dans le domaine des détecteurs d’imagerie médicale. Nous estimions que cet effort ne devait pas s’affaiblir, au contraire. Les innovations attendues pour la radiothérapie et les autres types d’imageries médicales demandent :

• plus de coopération avec les établissements de recherche, qu’ils soient CNRS, INSERM ou CEA.

• l’implication d’un grand groupe majeur de l’électronique tel que Thales

• de favoriser l’essaimage des savoir-faire et brevets militaires pour favoriser le développement de la filière de l’industrie médicale (une action d’autant plus légitime du fait que ces brevets sont souvent issus de financement public)

• une attention en direction des TPE et PME porteuses de projet innovant de développement mais trop isolées.

Nous sommes toutes et tous concernés en tant que citoyens : le développement d’une filière industrielle française de santé et en particulier de l’imagerie médicale vise à répondre à des besoins sociaux vitaux. Ces besoins sociaux induisent des dépenses régaliennes incontournables, autant les orienter vers une industrie à ancrage régional et national et utilisant des compétences développées en France.

En tant que radiologue, vous ne pouvez rester indifférents à l’évolution des moyens mis à votre disposition. Des progrès importants et rapides peuvent être faits par la mise en place d’actions de décloisonnement entre professionnels de la santé et ingénieurs de l’industrie.

Ingénieurs, praticiens, chefs d’entreprise porteurs de projet innovant, vous avez tout à gagner dans la mise en place d’un véritable plan de développement et de partenariat de co-développement.

Sans une implication de votre part, notre bonne volonté de syndicaliste, soucieux de développer l’emploi et une industrie de proximité apte à répondre aux besoins ne suffira pas.

N’hésitez pas à nous communiquer vos besoins, vos commentaires et suggestions sur ce site.

La CGT, depuis le salon 2012, a engagé des discussions avec les ministères, les professionnels de la santé, les chercheurs de l’INSERM, des professeurs de médecine et des responsables de CHU.

La CGT Thales

Un commentaire pour Edito N°3
  1. [...] la branche médicale du groupe Thales.Nous avions montré comment l’action… Cliq... radiologue.wordpress.com/2013/12/14/edito-n3

Laisser un commentaire

Votre adresse email reste confidentielle. Merci d’entrer votre nom, email et votre commentaire.