Bulletin

Édito: bulletin n°8

Il y a près d’un an que notre dernier bulletin vous était présenté[1]. Cependant, le Groupe de Travail CGT sur les technologies de la santé n’est pas resté inactif ! En effet, depuis 4 ans que nous travaillons sur cette filière, nous avons pu progressivement en mesurer les principaux enjeux.  Nous avons poursuivi notre veille sur le sujet, participé à des conférences et effectué des entretiens avec divers acteurs intéressés par notre action.

A chaque fois, un même constat : la France a un énorme potentiel reconnu internationalement mais manque d’industriels majeurs prêts à développer et exploiter ces richesses technologiques. Les programmes stratégiques et les financements du CGI n’ont pas modifié la situation, il n’y a toujours pas d’investisseurs en France  pour assurer le développement et les grands groupes en quête de rendement financier optimal refusent le risque industriel, les grands groupes étrangers pillent (ou étouffent nos start-ups !

Lire l'article

L’industrie : le maillon manquant

Nous avons rencontré Cédric Matthews, Ingénieur de recherche CNRS,  Responsable du Service Imagerie à l’Institut de Biologie du Développement de Marseille.

Cette rencontre nous a permis de découvrir un monde périphérique à l’imagerie médicale, l’imagerie scientifique pour la biologie, cruciale pour l’étude des cellules et le développement de thérapies innovantes. Un domaine ou l’absence d’industriels français est également à déplorer. Cette imagerie optique à très haute résolution et ultrarapide s’appuie sur de nombreuses disciplines dont les mathématiques, l’informatique, les biosenseurs, l’imagerie multiéchelle. On y retrouve évidemment les compétences développées pour des systèmes Thales…   

  Lire l'article

Edito : Thales comme moteur de la Santé et de l’Emploi ? Un combat qui vaut d’être mené !

Créer et financer une branche Technologies de la Santé dans Thales, au même titre que les GBU Transport (GTS), Systèmes terrestres et aériens (LAS), Systèmes de communications (SIX)… , voilà une mesure autrement plus favorable à l’emploi  que le nouveau saupoudrage d’aides à l’embauche, annoncé récemment par le Président de la République, énième dévalorisation du travail.

Les moyens existent pour mettre en œuvre cette filière potentiellement créatrice d’emplois qualifiés :

En premier lieu, Thales a les capacités financières pour développer une telle GBU. Le groupe vient de dépenser 500 M€ pour racheter des entreprises US (Life TV et en cours Vormétrics). Il dispose d’une réserve financière d’un milliards d’euros.

Lire l'article

Peut-on avoir confiance dans le numérique ? Une filière de composants électroniques pour garantir la confidentialité des données

François Hollande, lors de sa conférence de presse à l’Élysée du 5 février 2015 avait déclaré : « Le numérique sera enseigné à l’école, de l’élémentaire jusqu’en classe de terminale, avec diplômes correspondants. » Avec les dernières annonces, on pourrait ajouter : « Sous licence américaine avec un diplôme Cisco à la clef ! » En effet, non content de vendre à tout vent l’industrie française, nous nous apprêtons à livrer notre jeunesse au formatage made in USA. Manuel Valls a annoncé la signature d’un partenariat avec l’américain Cisco sous prétexte de « coopérations dans le domaine de l’éducation et de la formation professionnelle aux métiers des réseaux numériques, avec un objectif de formation de 200 000 personnes en trois ans, du financement de plusieurs chaires d’excellence, (…) et de collaborations académiques et industrielles dans les domaines de la cybersécurité, des réseaux intelligents et de la ville intelligente ». Les bras nous en tombent. Cette « coopération » est stupéfiante. Au-delà du fait qu’il fait fi de nos propres compétences, cet accord, réalisé sans appel d’offres, nous lie à un système dont le monde entier a découvert les coulisses avec la NSA, les révélations d’Edward Snowden en 2013, et maintenant en Allemagne. Nous sommes bien loin de la profonde réprobation de F. Hollande exprimée le 21 octobre à Obama. Six mois plus tard, c’est « open bar » pour Cisco !

Lire l'article

Les technologies de la santé, une préoccupation internationale

Du 3 au 5 septembre 2015, s’est tenue à Ancona, en Italie, une conférence intitulée « Technologie et santé » qui accueillait des participants de pays de langue latine. Le collectif de travail CGT Thales y était invité pour présenter sa démarche. 

Notre présentation insistait sur le développement sans précédent des besoins de santé, sur le potentiel de croissance basé sur les atouts de la recherche et du développement dans les start-up françaises, mais avec un marché dominé par des groupes étrangers affaiblissant le potentiel existant tout en récupérant les subventions publiques !

Lire l'article

Stratégie de Thales dans les Industries Médicales Extrait Comité de Groupe France du 13 novembre 2015

(Transition avec le débat sur la GBU Transport où la notion de sélectivité des offres est abordée) …

CGT

Vous n’avez pas répondu à la question relative à la sélectivité.

DIRECTION DE LA STRATEGIE

Le principe de sélectivité vise à réunir les notions de croissance et de profitabilité. Pour le Groupe, il ne s’agit pas de faire du dumping pour remporter des parts de marché et constituer un carnet de commandes à marge nulle, une stratégie qui nous a conduits à la situation économique actuelle et qui a fait l’objet d’un constat fort en début de séance. Nous ne modifions pas la stratégie, mais l’infléchissons. En effet, nous préférons, à la lueur des trois dernières années, une croissance profitable à une croissance exponentielle, dans la mesure où cette dernière n’offre pas au Groupe des marges qui lui permettent d’assurer sa pérennité et son développement.

Lire l'article

La CGT Thales auditionnée par le CESER Midi-Pyrénées

LE CESER a souhaité conduire une réflexion sur l’Oncopôle (Cancéropôle) créé sur le site d’AZF après l’explosion intervenue le 21 septembre 2001.

La Commission Recherche, Innovation et du Transfert technologique du CESER s’est vue confier la définition des enjeux relevant de son champ de compétence ainsi que la mission de donner à connaître les attentes des contributeurs et des industriels vis-à-vis de ce projet. C’est donc dans ce cadre que les mandatés CGT au CESER ont obtenu l’audition du groupe de travail CGT imagerie d’Avenir de Thales.

Lire l'article

1 2 3 5  Revenir en début de page